V1.5 BETA
La marketplace Cloud et Datacenter
one stop shopping

Oracle va attaquer Larry Ellison dans l’affaire Netsuite

Des actionnaires estiment que le prix du rachat de #Netsuite a été surévalué pour satisfaire Larry Ellison, alors PDG et fondateur d’Oracle…, mais aussi créateur et principal actionnaire (40%) de cet éditeur d’ERP. Sa démission, voire un remboursement partiel des quelques 3 Md$ que lui a rapporté cette vente, calmerait-elle les esprits avant le démarrage de la procédure juridique d’Oracle ? En 2011, #Larry Ellison avait déjà revendu #Pillar Data à #Oracle…

La bataille juridique démarrée fin 2016 après le rachat par Oracle pour 9,3 Md$ de Netsuite, un éditeur californien de progiciels, a franchi mi-août 2019 une nouvelle étape. Les trois administrateurs indépendants nommés par Oracle au sein d’un comité d’audit interne (SLC), peu de temps après l’acquisition, ont échoué à régler à l’amiable le contentieux opposant Oracle au fonds T. Rowe Price Associates, un actionnaire de Netsuite, et à ses actionnaires contestataires, dont le fonds de pension des Pompiers américains (Firemen's Retirement System). Ils les autorisent à porter l’affaire devant le tribunal de l’état du Delaware a révélé en premier l’agence Reuters.
 
Des actionnaires contestataires d’Oracle soutiennent la plainte de T. Rowe Price Associates
Larry Ellison, alors PDG et fondateur d’Oracle, est directement dans le collimateur des plaignants. Détenteur de 18% du capital de Netsuite, le fonds d’investissements américain T. Rowe Price Associates estime que Larry Ellison, alors créateur et premier actionnaire de Netsuite, dont il détenait personnellement 40% du capital, aurait favorisé cette acquisition par Oracle à un prix premium jugé trop élevé (109 dollars par action) ; au détriment d’autres acquéreurs potentiels, et contre l’avis d’autres actionnaires de Big Red, dont le fonds de pension des Pompiers américains.
 
Une procédure juridique démarre contre Larry Ellison et Safra Catz
Après trois années de médiation infructueuse en interne entre les différentes parties, les trois administrateurs indépendants désignés par Oracle ont déclaré mi-août avoir échoué. Dans une lettre « extraordinaire » adressée au tribunal de l’Etat du Delaware, ils autorisent les actionnaires insatisfaits d’Oracle, dont le fonds de pension des Pompiers américains, à engager et piloter une procédure juridique contre Larry Ellison, mais aussi Safra Catz, co-PDG d’Oracle à l’époque. Une telle procédure revient à attaquer directement le célèbre éditeur américain de base de données, lequel serait obligé désormais de rejoindre les plaignants semble-t-il. Une première dans l’industrie aux Etats-Unis.
 
Larry Ellison avait déjà revendu Pillar Data à Oracle en 2011
Les plaignants ne cachent pas leur volonté d’obtenir désormais des centaines de millions de dollars en dommages et intérêts auprès d’Oracle et de son patron. L’éventuelle démission de Larry Ellison, lequel a empoché près de 3 Md$ en numéraire après le rachat de Netsuite, pourrait-elle suffire à calmer les esprits ? Même si sa responsabilité n’est pas clairement établie dans la supposée surévaluation du prix d’achat de Netsuite, le rapport des trois administrateurs indépendants du SLC explique l’existence de zones d’ombre.
Rappelons que le PDG d’Oracle n’en n’est pas à son coup d’essai. Larry Ellison avait déjà revendu en 2011 à Oracle, à un prix déjà jugé élevé, l’une de ses autres sociétés, Pillar Data, un spécialiste du stockage en Flash qu’Oracle a finalement fermé en 2019. Larry Ellison a dû restituer en 2013 une partie des 575 M$ empochés lors de la vente de Pillar Data suite à un règlement à l’amiable dans le procès l’opposant à d’autres actionnaires.
En revanche, le comité SLC semble rejeter davantage la faute sur Safra Catz, co-PDG d’Oracle à l’époque, qui aurait pu agir sur ordre (de qui ?) et dans l’ombre pour survaloriser le prix de l’action Netsuite…
 
Une affaire qui ébranle les plus hautes sphères d’Oracle
Après 1 million de documents analysés, les trois administrateurs indépendants d’Oracle soulignent enfin la « dépendance », et donc la relative complaisance, de certains administrateurs d’Oracle à l’égard de Larry Ellison, avec lequel ils partageraient aussi des intérêts financiers communs hors des limites d’Oracle. En toute légalité semble-t-il. Rappel intéressant, Le président de Netsuite, Evan Goldberg, et son PDG de l’époque, Zachary Nelson, sont tous deux d’anciens salariés d’Oracle, mais aussi des associés de longue date de… Larry Ellison. De là à dire que ces deux dirigeants auraient aussi contribué à surévaluer le prix de l’action Netsuite, il n’y a qu’un pas que franchissent aujourd’hui certains plaignants.
 
Olivier Bellin
bellin@DATACLOUDADVISOR.COM
#channelbp.com, #CBPMagazine, #CBP,
#DATACLOUDADVISOR.COM, #Bellin, #BellinCBP

 

Tags 
Oracle
Larry Ellison
Procès
Netsuite